À refaireÀ retravaillerPerfectibleBien !Génial ! Soyez le premier à voter !
Loading...

Article co-écrit avec Caroline.

A en croire une étude relayée par le Huffington Post, ce sont seulement 3 % des Français qui ont une image positive de l’enseignement et plus encore de l’école. En rapprochant ses chiffres de ceux attestant de l’échec scolaire, on comprend à quel point il est absolument indispensable d’être un enseignant pédagogue. A l’heure où bien des responsabilités imputent à l’école, il est plus que primordial de prendre le temps de mettre en avant des méthodes d’apprentissages positives…

L’idée de cet article est donc de décrire notre vision du pédagogue idéal, qu’on aurait tous aimé avoir durant notre scolarité, le tout, enrichie avec des techniques que nous avons nous mêmes expérimentées et qui fonctionnent. 

#apprendre #pedagogue #developpementpersonnel

Une publication partagée par Sébastien Torres (@les_autodidactes) le

Être pédagogue c'est créer le désir d’apprendre

Chaque enfant, chaque élève, chaque adolescent boutonneux présente sa propre personnalité en franchissant le portail de l’école le matin, un sourire plus ou moins hypocrite et faisant état de bien de peu de motivation sur le visage… Au fil de la journée, les heures de cours s’enchaîneront, les unes à la suite des autres, il faudra assimiler bien des apprentissages, retenir des dates, des faits historiques, comprendre des théorèmes de mathématiques et le plus important, apprendre à faire des sarbacanes à air comprimé… Autant de choses qui peuvent décourager plus d’un élève, surtout si face à lui, il retrouve des pédagogues USELESS (inutile) (n’ayons pas peur des mots, tout le monde ne peut se revendiquer comme un bon pédagogue, c’est un art qui s’apprend et plus encore qui s’entretient)

Si vous ne savez pas dispenser des apprentissages de manière positive, comment espérer susciter l’intérêt des élèves, comment espérer leur donner envie de vous écouter, de retenir ce que vous dites, et de ne pas vous tirer dessus avec la sarbacane qu’il vient de confectionner ? Le désir d’apprendre n’est pas forcément inné chez chaque apprenant, il faut souvent le susciter. Pour cela, nous ne pouvons que trop vous conseiller de suivre ces différents conseils :

  • Personnaliser autant que possible vos enseignements, oubliez les cours trop théoriques autant que possible pour y apporter une touche personnelle

  • Contextualiser les apprentissages en tous genres, se servir de faits pour apprendre des théories, apportez du concret dans l’impalpable

  • Mettre en avant votre personnalité dans votre apprentissage. Il ne s’agit pas de dévoiler votre vie privée, mais plutôt d’apprendre à jouer un rôle, celui du professeur que l’on a envie d’écouter
  • Insuffler de la vie, de l’énergie dans vos apprentissages, oubliez les cours linéaires et classiques, ils ne sont que bien trop sources d’ennuis

  • Vous servir de supports autant que possible, pour diversifier les sources d’apprentissage
  • Et enfin, être passionné, la pédagogie nécessite plus que bien des métiers le besoin d’être passionné par son travail, sans quoi la réalité de journée parfois compliquée ne manquera pas de mettre à mal bien des vocations (probablement bien peu profondes et sincères à la base)

Mais alors, concrètement, quelles sont les meilleures techniques d’apprentissage ?

5 techniques d’apprentissage qui fonctionnent ; depuis que l’école est devenue l’institution qu’elle est aujourd’hui, ce sont bien des techniques et autres méthodes d’apprentissage qui ont été mises sur le devant de la scène. Force est de constater que certaines se sont avérées bien plus efficaces que d’autres. Dans une autre mesure, la pédagogie n’étant pas une pratique figée, on découvre avec plaisir de nouvelle méthode d’apprentissage qui ne manquent pas de porter leurs fruits.

Pour vous aider à devenir un bon pédagogue, on a sélectionné pour vous, les 5 méthodes d’apprentissages qui fonctionnent et qui donnent envie aux élèves d’apprendre leurs leçons (ou du moins de vous écouter pendant une heure de cours sur les débuts de la philosophie ou les principes de l’économie selon Karl Marx).

Comprendre les différences de savoir entre les élèves et vous. La première des choses à faire pour être un bon pédagogue est de savoir vous mettre au niveau de vos élèves. Si vous avez choisi d’enseigner telle ou telle matière, c’est probablement parce que vous êtes passionnés. Oui, mais l’élève en face de vous, l’est assurément bien moins que vous, du moins pour le moment !

Si vous oubliez de vous mettre à son niveau, vous lui montrez alors indirectement un fossé qui pourrait lui sembler indispensable, laissant tomber toutes chances de le motiver… et voilà ce que ça donne :

 

Toujours vous assurer que les apprentissages ont été assimilés. Vos élèves pourront vous regarder avec un sourire niais et voilà que vous penserez qu’ils ont compris ce que vous souhaitiez leur apprendre, mais est-ce seulement le cas ?

Pour être un bon pédagogue, il est essentiel de prendre le temps de la reformulation. Concrètement, vous devrez prendre soin de demander aux élèves, aux apprenants de reformuler, selon leurs propres mots, ce que vous venez de leur apprendre. Cela leur permet donc de l’assimiler avec certitude !

Toujours par deux ils vont. Ni plus, ni moins. Le maître et son apprenti.

Maître Yoda

Savoir varier les explications en cas de besoin. Vous aviez prévu d’expliquer une théorie, un principe philosophique en partant d’un postulat et d’un point de vue, mais vous remarquez que vos élèves n’y adhère pas, et ce malgré vos efforts. A voir leurs regards inquisiteurs, vous le savez, l’apprentissage est loin d’être assimilé.

A vous donc de trouver une autre manière d’apprendre, de changer d’angle d’approche, et ce jusqu’à ce que vous trouviez le bon, en passant d’un enseignement théorique, à un enseignement pratique. 

  • Théorique répond à la question qu’est-ce c’est ? 
  • Pratique répond à la question à quoi ça sert?

Savoir anticiper les éventuelles difficultés. Vous avez prévu d’aborder une leçon qui, vous le savez, pourrez être compliqué. Vous souhaitez évoquer des points particuliers que vos élèves pourraient avoir du mal à comprendre, sachez donc anticiper ces difficultés. Apprenez à vous mettre à la place de la personne qui découvre ce que vous présentez dans votre leçon et qui pourrait se poser bien des questions !

Pour mieux cerner les difficultés d’apprentissage, demander à vos élèves :

  • « Qu’est-ce qui te pose le plus problème dans cette leçon ? Comment je peux lever se frein à ton apprentissage ? « 

ASTUCE. Si vous souhaitez être le pire pédagogue du monde, humiliez le devant tout le monde, (hélas on a déjà tous assisté à cette scène ou le/la prof  exécute un innocent publiquement. Vous l’aurez compris le vrai conseil est : 

  • Ne vous moquez jamais de votre élève, cela tue la motivation et la confiance en soi.

Centrer autant que possible la première leçon. Pour cette première leçon à venir, vous avez des milliers d’idées en tête, autant de savoir que vous souhaitez dispenser, de faits que vous voudriez présenter et pourtant…

Pourtant, pour une première leçon, il est essentiel de savoir élaguer votre savoir, d’éluder volontairement certains points, certains détails afin de pouvoir capter l’attention d’un élève qui se sentira capable d’apprendre la leçon !

Racontez une histoire. L’être humain en raffole, notre civilisation s’est construite sur des mythes et des histoires pour débuter une leçon rien de tel qu’une petite histoire réelle ou fictive, qui va rendre votre apprentissage concret mais surtout humain, ainsi vous captez immédiatement l’attention.

Être pédagogue, cela s’apprend et s’affine au jour le jour. On dit quelques fois qu’un bon pédagogue est une personne qui sait se mettre à la place de ses élèves, qui sait faire preuve d’empathie. On dit aussi bien souvent que la passion des professeurs est en réalité leur pire ennemie, quand ils ne savent pas la faire taire.

Et pourtant, bien trop souvent, on oublie de dire qu’être un bon pédagogue cela s’apprend au jour le jour, du début de sa carrière jusqu’au dernier jour de cours (avant l’heure attendue de la retraite).

Chaque élève, chaque classe étant différents, il faut savoir s’y adapter, affiner les techniques d’apprentissage pour continuer à redorer le blason de l’école et donner aux élèves l’envie d’apprendre leurs leçons (tout cela, sans la menace de l’interrogation surprise !)

Avant de conclure avec un plan d’action, je vous laisse avec cette citation de Maître Yoda, qui va vous motiver à appliquer les conseils que vous venez de lire. Que la force soit avec vous.

N’essaie pas ! Fais-le, ou ne le fais pas ! Il n’y a pas d’essai.

A vous de jouer : plan d’action 

Pour appliquer cet article, notez dans votre système d’organisation ; les trois concepts qui vous ont le plus séduits. Sur votre téléphone, un post-it, sur Excel, votre frigo peu importe, tant que vous êtes sûr de l’avoir sous la main. Dans les prochains jours, vous allez être amené à devoir expliquer de manière pédagogue quelque chose, c’est le moment d’appliquer ces trois principes ! Si cela fonctionne, super ! Cet article vous a été utile, vous pouvez donc revenir et noter trois nouveaux concepts à appliquer, et ainsi de suite jusqu’à ce que mort s’en suive :p

Exemple :

  • A la fin de votre apprentissage demandez : « je ne suis pas sûr d’avoir été clair, tu peux me résumer ce que je viens de te dire ? « 
  • Si la personne semble avoir du mal à comprendre, je lui explique pourquoi cette connaissance va lui être utile dans sa vie et comment l’appliquer.
  • Je mets du cœur et de la passion dans ma façon de parler pour donner vie à ma leçon.

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Découvrez les 7 opportunités qui s'offrent à vous pour obtenir votre indépendance financière en 2018

Découvrez les 7 opportunités qui s'offrent à vous pour obtenir votre indépendance financière en 2018

Je vous offre ce contenu dès maintenant par email ! 

Félicitation vous allez recevoir votre mail contenant les 7 opportunités pour obtenir votre indépendance en 2018

Pin It on Pinterest

Share This